La Fondation Phosboucraa œuvre pour le renforcement du leadership chez les femmes des 3 régions du Sud

La Fondation Phosboucraa œuvre pour le renforcement du leadership chez les femmes des 3 régions du Sud

La Fondation Phosboucraa œuvre pour le renforcement duleadership chez les femmes des 3 régions du Sud

  • Les femmes représentent plus de 60 % des bénéficiaires des centres de formation de la Fondation à laayoune et à dakhla.
  • Elles représentent 64 % des bénéficiaires des programmes de développement socioéconomique. Elles sont pour la plupart organisées en coopérative ou en association.
  • Développement des compétences, développement socio-économique, éducation, sport… les domaines d’intervention sont multiples au profit des femmes sahraouies.

Créée en 2014, la Fondation Phosboucraa porte l’engagement social et sociétal du Groupe OCP et notamment de sa filiale Phosboucraa dans les Régions du Sud. Sa mission consiste à contribuer au développement socio-économique de ces territoires en impulsant une dynamique d’inclusion continue, au sein de laquelle la femme sahraouie occupe une place importante.

En s’appuyant sur des leviers essentiels à la réussite de sa stratégie de développement territorial, notamment la montée en compétence des bénéficiaires et la valorisation des ressources et patrimoines locaux, la Fondation Phosboucraa met en œuvre des programmes qui favorisent la synergie entre l’économie, le social, la culture, l’environnement … Son approche dans le soutien des capacités des communautés converge vers l’autonomisation des femmes

Pour parler chiffres, 60 % des bénéficiaires des centres de formation de la Fondation sont ainsi des femmes, majoritairement investies dans les formations de développement des compétences de vie, les formations « métiers » comme la photographie ou le design graphique, les actions citoyennes.

Ce chiffre atteint les 64 % dans les programmes de développement socio-économique. Organisée pour la plupart en coopérative ou en association, les femmes s’engagent facilement dans les activités génératrices de revenus et dans les activités de soutien à la communauté.

Et parce que le développement de toute société ne peut se faire sans la femme, la Fondation Phosboucraa a mis en place dans son centre de formation de Laayoune, (Laayoune learning center), un programme qui est 100% dédié à la femme. Depuis 2016, Laayoune learning center a accompagné 310 femmes vers l’autonomisation à travers le programme « Women Innovation Circle ». Ce programme, dédié aux femmes au foyer, est centré sur la transmission de compétences dans les champs de la nutrition, de la gestion de budget ou de la digitalisation. L’objectif, contribuer à faire de ses bénéficiaires femmes des actrices de changement au niveau des familles dans un premier temps et de la société dans un second temps.

Autre programme qui converge aussi vers l’autonomisation et le renfoncement du leadership chez les femmes, la compétition du JEB. Module de formation qui consiste à initier les jeunes à l’entrepreneuriat, le JEB capte une majorité de participantes. Elles sont ainsi nombreuses à s’inscrire à ce module pour s’initier à la création d’entreprise. En plus de découvrir comment monter une idée de business, elles y acquièrent des compétences précieuses telles que les capacités de réflexion critique, de prise de décision, de commandement, de travail d’équipe qui sont toutes pertinentes dans leur quête vers l’insertion sociale.

L’éducation n’est pas en reste. Bien au contraire, la Fondation intervient par différents programmes pour réduire les inégalités et favoriser les chances de réussite des filles. Elles sont majoritaires dans le programme Qrayti Ahssane qui consiste à réduire l’abandon scolaire . Elles sont 42 étudiantes à bénéficier des bourses d’excellence de la Fondation Phosboucraa. Elles bénéficient à 100% du programme bourse scientifique. Les 5 bourses destinées aux étudiants en médecine bénéficient exclusivement à des étudiantes. Une aide que la Fondation dispense tout au long du parcours académique et qui dure sept ans en moyenne.

Enfin, le sport constitue un autre axe d’intervention de la Fondation. Depuis 2017, en partenariat avec l’association Lagon Dakhla, des ateliers d’émancipation et d’ascension sociale ont touché plus de trois cents femmes. L’initiative, inscrite dans le cadre du projet « Sport nature solidaire pour toutes », contribue à véhiculer des valeurs de citoyenneté, de respect de l’environnement et de solidarité.

Retour à la liste...