Comment améliorer la sécurité alimentaire lorsque les cultures céréalières de base d’un pays tels que le blé, l’orge ou le maïs - sont affectées par des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles?

 

Dans le cas de Rhamna, une province au Maroc, la solution a été d'introduire une nouvelle culture, qui n'avait jamais été cultivée dans la région auparavant: le quinoa.

Le défi

 

La province de Rhamna au Maroc est principalement rurale. Malgré des précipitations minimales ainsi que des sols pauvres en éléments nutritifs, la région repose essentiellement sur le travail des agricultrices, responsables de la production alimentaire. Alors que le changement climatique continue d'affecter leurs cultures céréalières de base, les agriculteurs ont besoin d'aide pour s'assurer qu'ils peuvent nourrir leurs communautés et vivre de leurs terres.  

Le fruit du partenariat entre L’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), le Centre de recherches pour le Développement International (CRDI) du Canada ainsi que le Centre international pour l’agriculture Biosaline (ICBA) des Émirats Arabes Unis, a permis de comprendre comment l’augmentation de la production de quinoa pouvait profiter à la sécurité alimentaire particulièrement en zones rurales pauvres.

Pourquoi le quinoa?

 

Comparé aux céréales comme l'orge, le blé et le maïs, le quinoa est beaucoup plus résistant à la sécheresse. C'est également une source importante de protéines non animales, de plus en plus appréciée par le nombre croissant de végétariens et de végétaliens dans le monde.

Le coût du quinoa a augmenté dans le monde entier, mais les agriculteurs n'en profitent pas toujours

Hafida El Filahi , Agricultrice locale et Secrétaire Générale d’une coopérative.

OCP_Hafida

Il est toujours intéressant de disposer d’une culture riche et d’un marché potentiel, toutefois il est primordial aujourd’hui pour les agriculteurs de pouvoir accéder au savoir-faire et à l’expertise issus des dernières innovations industrielles en vue de profiter de leur labeur.  

« En raison d'une demande accrue, le coût du quinoa a augmenté dans le monde entier. Pourtant, les agriculteurs n’en bénéficient pas toujours », déclare Hafida El Filahi, l’une des agricultrices locales et Secrétaire Générale de la coopérative. « Il suffit de regarder le cacao et le café – Ce sont des cultures populaires dans le monde entier, mais les agriculteurs ne peuvent pas vivre de ces ressources. Raison pour laquelle, il était primordial que l'UM6P nous appuie dans la création des coopératives. "

Quel est l’objectif de cette initiative?

 

« Notre partenariat avec l’UM6P et le CRDI a permis de développer et d’introduire de nouvelles variétés de quinoa plus évoluées et qui se sont avérées plus riches que toutes les autres », déclare Abdelaziz Hirich de l’ICBA, « c’est vraiment très encourageant. »

« Nous évaluons ensuite les semences en prenant en considération les différentes pratiques agricoles, puis nous les adaptons de la meilleure façon afin de garantir des rendements plus élevés aux agriculteurs locaux. »

Le rendement en graines de quinoa a augmenté de près de 150%

Abdelaziz Hirich , ICBA

 

Durant la première année d'essais, nos recherches ont permis d’augmenter les rendements des agriculteurs locaux de 20%. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, le rendement a augmenté de 150 %. Pensez à toutes les possibilités qu’annoncent ces chiffres dans notre ambition de nourrir les populations.    

Jusqu’à présent, cette initiative a touché plus de 2 000 agriculteurs grâce à la mise en place de formations et de journées pratiques sur le terrain. Néanmoins, il ne s’agit pas seulement de repenser les manières de cultiver le quinoa, mais également d’assister l’agriculteur lors du transport de la récolte du quinoa à la fourchette depuis le champ de terre et en l’accompagnant dans sa commercialisation, en les conseillant sur la manière de l'intégrer dans l'alimentation quotidienne de la population ainsi qu’en développant différents produits de quinoa s’adaptant parfaitement à la cuisine marocaine, tels que le couscous, le pain ou encore certains gâteaux typiques.

Cette initiative permet donc non seulement aux agriculteurs d'augmenter leurs revenus mais profite également aux consommateurs en leur permettant d’accéder à une source de semences plus nutritive et riche en protéines.

OCP_Aziz

Quel a été le résultat ?

 

« Tout a commencé par la formation », explique Hafida El Filahi. « L’équipe de l'UM6P nous a enseigné l’utilisation de méthodes agricoles innovantes ainsi que de nouveaux types de semences et engrais à haut rendement.

« Cette expérience fût enrichissante car certaines des personnes âgées du village n'avaient jamais étudié auparavant. Cela nous a rajeuni! »

« Nous avons également pu partager avec l’ensemble de l’équipe UM6P, l’histoire de notre magnifique village marocain, ainsi que certaines des anciennes pratiques que nous avions à la ferme ».

Hafida est aujourd’hui Secrétaire Générale d'une coopérative locale. « Nous faisons tous des clubs ensemble pour obtenir un meilleur prix. Souvent, les producteurs de quinoa n’obtenaient pas plus de 8% de la valeur finale du produit – nous parvenons à présent à mieux en tirer profit grâce à cette initiative.  

« Cela signifie que nous avons plus d'argent à investir, ce qui nous aide à améliorer nos méthodes et à commercialiser notre produit auprès d'un plus grand nombre de personnes. À long terme, cela rapportera beaucoup plus d'argent dans cette province. Pour le moment, c'est toujours l'une des régions les plus pauvres du Maroc.

« Non seulement cela, mais d'autres femmes, comme moi, jouent un rôle important dans la gestion de ces coopératives. Nous avons le sentiment que nous contrôlons plus que jamais nos destinées. Qui aurait cru un jour que je serais Secrétaire Générale! »

 

Pour en savoir plus :

Chevron Up
OCP_Farming_hero

L'agriculture ne se limite pas à un bon engrais

Ethiopia

Cette page n'est pas disponible en

Pour continuer, choisissez une des langues suivantes:

Chevron Left Retour